2_presentation_SHASE_3.jpg

Chère Madame, Cher Monsieur,

Nous vous invitons à une passionnante plongée dans le Saint-émilion médiéval, son architecture urbaine cadre de vie de nos ancêtres, à une époque où notre ville était une « filleule » de Bordeaux, grâce aux recherches de Agnès Marin et David Souny, scientifiques engagés dans le Plan Collectif de Recherches.

Deux rencontres vous sont proposées :

Le jeudi 9 Avril 2015 à 20 heures, Salle gothique à Saint-Emilion, conférence de Agnès Marin et David Souny, dont le thème sera : « Une ville au Moyen Âge : la genèse et les évolutions de Saint-Emilion du XIIIème au début du XVIème siècle ».

Samedi 11 Avril 2015 rendez- vous à 10 heures devant le Palais Cardinal avec les conférenciers, pour un parcours dans et autour de la Cité pour une découverte des maisons médiévales étudiées et décryptage de leur architecture et de sa genèse. Pique-nique convivial tiré du sac. Pour la bonne organisation veuillez réserver votre place auprès contacts ci–dessous.



A l’issue de quatre ans d’études, Agnès Marin et David Souny ont à cœur de rendre compte des résultats de leurs investigations sur la ville intra-muros de Saint-Emilion du XIIIème au XVIème siècle.

Avec l’appui d’une iconographie fournie et diversifiée, la conférence abordera, au travers d’exemples concrets, les thématiques clefs pour la compréhension de l’évolution de la ville depuis son âge d’or au XIIIème siècle, jusqu’aux modestes signes de reprise des lendemains de la Guerre de Cent ans.

Les spécificités d’une clôture de ville construite par les bourgeois de la ville, les traits communs de l’habitat urbain du XIIIème siècle, les signes de sa densité et de son dynamisme, les indices de qualité de son urbanisme, en particulier du point de vue de l’assainissement, constitueront les aperçues principales concernant la ville telles que les vestiges archéologiques nous permettent de l’appréhender de manière tangible dans le siècle qui suivit son accession au droit de commune en 1199.

La continuité de cet élan urbain est encore perceptible au XIVème siècle, par la construction à neuf de plusieurs édifices importants dont la maison dite gothique (actuel hôtel Logis des Remparts) est représentative, mais aussi par les modifications et améliorations apportées aux constructions du siècle précédent. Il sera question en outre de tous les indices qui témoignent de l’amorce d’un mouvement de déprise, dont témoigne en premier chef l’accaparement d’une bonne partie du secteur oriental de la ville par les couvents des Mendiants, qui sans même en effacer les traces, investissent des unités d’habitation du XIIIème siècle dont les éléments de façade sont toujours visibles. La datation à l’année près d’édifices clefs, tel que le logis Malet et l’immeuble de l’actuelle Caisse d’épargne, par les analyses dendrochronologiques de leurs éléments de charpentes, confirme l’impression d’ensemble d’une reprise de l’activité d’après-guerre de Cent Ans tardive, guère avant les années 1500, et relativement limitée pour une ville dont le développement a été définitivement stoppé au profit de celui de la bastide de Libourne, dont la position portuaire était infiniment mieux adaptée aux exigences commerciales des temps nouveaux.

En cheminant en image au travers de ces trois siècles majeurs de l’histoire de la ville, c’est aussi l’atelier de l’archéologue que les conférenciers vous invitent à découvrir par des aperçus sur leurs démarches quotidiennes pour croiser des sources les plus diversifiées en quête de points de convergence, garants de la validité de son enquête.

Par la visite de la ville qui suivra, le samedi 11 avril, les images laisseront place aux vestiges eux-mêmes, occasion de prendre la mesure de la valeur inestimable d’un patrimoine trop souvent invisible car méconnu, quand il est appréhendé en tant que document d’histoire, où tout est susceptible de faire sens, des formes les plus monumentales aux moindres détails d’agencement d’une pierre ou de limite d’un enduit... C’est dire aussi la fragilité de ce patrimoine et toute l’attention que doit requérir sa pleine compréhension pour en assurer une conservation pertinente.

Agnès Marin est archéologue du bâti, plus particulièrement intéressée par les divers aspects de l’habitat médiéval qu’elle a abordé au début des années 2000 par l’étude globale du village castral de Tournon d’Agenais, et celle de la maison romane dite « des Dames de la Foi » au Puy-Saint-Front de Périgueux. Sa connaissance des modes d’habitat médiévaux a été complétée par l’étude de résidences aristocratiques, tel le château Barrière de Périgueux, le «séjour» des archevêques de Narbonne à Capestang et le palais des Rois de Majorque de Perpignan.

David Souny, historien et guide conférencier, est titulaire d’une maitrise et d’un DEA d’Histoire du Moyen Age au cours desquels il a travaillé sur l’habitat et la société aristocratique de l’Entre-Deux-Mers. En 2008, il crée le bureau d’études « Histoires de pierres » et réalise des recherches historiques et architecturales pour les particuliers, châteaux viticoles et collectivités locales.

Téléchargez avec le liens ci-dessous l'invitation à la conférence :
SHASE-Invit-Conf-9Avril2015.pdf

A la suite de la conférence, un buffet dînatoire aura lieu, ouvert à tous, sur réservation.

Réservation obligatoire pour le buffet, mardi 7 Avril dernier délai, en précisant le nombre de participants auprès de :
Guy-Pétrus Lignac : 05 57 74 40 04 / chateauguadet@orange.fr
Ou Monique Micheau-Maillou : 05 57 25 35 68 / monique.micheau-maillou@orange.fr
Ceux-ci noteront aussi votre réservation pour sortie du 11 Avril. Pour participer au buffet, une participation de 6€ par personne sera demandée pour les adhérents de l’association et de 8€ pour les non-adhérents.