En 1967, dans la revue des musées de Berlin, Barbara Mundt, suggérait que l’on puisse attribuer à un certain Pierre de Saint Emilion, « ymagier », bonne partie de l’œuvre d’une grande beauté d’un sculpteur anonyme désigné jusqu’alors sous le nom de « Maître de Rieux ». On examinera la pertinence de cette attribution, à vrai dire assez contestable et l’itinéraire supposé de ce sculpteur entre Saint-Emilion, Bordeaux et Toulouse. Dans un second temps on s’interrogera sur le statut des sculpteurs à qui l’on doit la parure des petites et grandes églises gothiques avant de présenter en dernier lieu la production admirable de Pierre de Saint-Emilion où de l’un de ses confrères resté anonyme qui est, sans nul doute, l’un des plus grands « ymagiers » de l’âge gothique.