ImpotsNotre association vient d’obtenir de l'Administration des Finances la reconnaissance de la qualité d'organisme d'intérêt général. Ceci se traduit par l’ouverture d’un droit à réduction d’impôt sur le revenu pour les sommes qui correspondent à des dons et versements, reçus par notre Société.

Pour les personnes physiques, donc nos adhérents, cette réduction est égale à 66 % du montant des dons, dans la limite de 20 % du revenu imposable.

Quel est intérêt pour la SHASE ?

Cette disposition doit permettre à notre association d'accroitre ses ressources financières sans demander un effort pécuniaire plus important à ses membres.

Comment cela se passe-t'il en pratique ?

Un adhérent individuel qui porte, par exemple, sa cotisation à 50 € va obtenir :

50 x 66% = 33 € de réduction d'impôt, sa charge nette ne sera donc plus que de 17 € après réduction d'impôt.

De la même façon pour un couple qui cotise à hauteur de 80 € :

Réduction d'impôt 80 x 66 % = 52,80 €, charge nette 27,20 €

Pour ceux qui souhaiteront participer en augmentant leur don à notre société, celle-ci délivrera un reçu, sur le modèle prévu par l’administration fiscale. Une case sera à cocher sur le bulletin de cotisation pour le réclamer.

Le montant du versement sera à porter sur la déclaration de revenus (comme ceux en faveur de certaines œuvres), le reçu constituant la pièce justificative.

Quel sera l’emploi des dons ainsi collectés ?

Nous devons poursuivre le travail de recherche et de publication historique, qui relève de nos buts statutaires. Ainsi nous venons de terminer le règlement des travaux de l’historienne qui a recueilli et mis en page les témoignages sur « Saint-Emilion au XXe siècle » (dont ceux de certains d’entre vous).

Cela représente une dépense de 10 000 € sur 3 ans pour la SHASE. La publication de ce travail devra probablement être financée en partie sur nos ressources, pour maintenir un prix de vente raisonnable du futur ouvrage.

Le lancement sur la Juridiction de Saint-Emilion, d’un Programme collectif de recherche, depuis début 2011, mobilisant une vingtaine de chercheurs historiens et archéologues, est une formidable entreprise (sans précédent) qui appelle une poursuite sur le moyen terme. Notre vocation est de soutenir cet effort, en fonction de nos moyens financiers, bien entendu.